Le problème de la pollution mérite d’être traité avec plus de sérieux

La mauvaise qualité de l’air est un problème complexe qui concerne tous les habitants de la région, et de nombreux secteurs qui ne peuvent être traités que dans un contexte de réflexion et de décisions collectives, citoyennes et surtout politiques: économie, tourisme, transports, urbanisme et infrastructures collectives, actions sanitaires et de santé, environnement, gestion des déchets, implication des citoyens et des associations…


Il est urgent que tous les acteurs puissent travailler ensemble à l’élaboration de solutions. Le pouvoir des politiques est écrasant dans ce dossier, et l’inertie du maire et conseiller général de Saint-Gervais depuis plusieurs années est avérée. Le sujet n’a jamais été sa préoccupation malgré ses récentes déclarations.

Nous aurions souhaité une attitude plus responsable de sa part, au lieu de ses déclarations agressives à l’encontre du médecin urgentiste qui a témoigné dans le reportage de France 2 au JT de 20 heures du 15 février (1). Son incompétence sur le sujet, les contre-vérités assénées sur les origines de la pollution, son attitude électoraliste à un mois du scrutin démontrent le mépris qu’il réserve à ses administrés. La responsabilité de la collectivité est engagée, sur les solutions à apporter dans la situation actuelle et pour l’avenir de nos enfants.

Le maire de Saint-Gervais nous avait déjà offert une belle pirouette verbale au lendemain de ses propos délictueux suite au drame de Charlie, en excusant ses propos par une réaction d’émotion les jours suivant le drame et accusant l’association Élan Citoyen de Saint-Gervais d’être dans la délation et la dénonciation.

Il réitère ses acrobaties : après son appel à sanctionner le médecin, il se rétracte en disant qu’il ne voulait pas le mettre en difficulté, que l’adversaire visé était l’Agence Régionale de Santé, et a même eu le culot de s’associer au mouvement de soutien du médecin sur Twitter! (2) Nous sommes affligés du comportement « égologique » de cet élu, qui allume des feux, attaque et critique de tous côtés, attise des propos haineux sur les réseaux sociaux et se dit victime des pires coups bas, puis affirme avec un aplomb à vous tirer les larmes… qu’il est une âme meurtrie et doit se défendre, victime d’une injustice, cible de journalistes justiciers, malveillants, de propos virulents,… (3)

Les plaintes centrées sur sa personne et la victimisation de notre maire et conseiller général n’ont pas leur place dans ce contexte.

Le 24 février, Monsieur le Maire adresse un courrier à Madame la Ministre de la Santé – ou l’art de retourner sa veste en 4 jours.

Tout ceci n’est pas bien sérieux. Le problème de la qualité de l’air mérite d’être traité avec plus de compétence et la fédération de multiples intervenants.

Le 24 février 2015

 

(1) Cliquer ici pour lire la brève du Dauphiné Libéré du 20 février 2015
(2) Cliquer ici pour lire le message de soutien du maire de Saint-Gervais au Docteur Champly
(3) Cliquer ici pour lire la lettre ouverte du maire de Saint-Gervais du 22 février 2015

Cliquer ici pour lire l’article du Dauphiné Libéré du samedi 21 février 2015