001

La démocratie à l’état pur

001Il peut être intéressant pour vous d’assister aux conseils municipaux et d’apprécier par vous-même quelle est la position de nos nouveaux élus sur différents sujets, leur montrant ainsi que vous voulez savoir comment ils gèrent nos intérêts.

L’exercice de la démocratie ne peut pas se réduire au fait de mettre un bulletin de vote tous les 6 ans dans une urne, surtout qu’à Saint-Gervais, avec la présence d’une liste unique en 2008, cela fait plus de 13 ans que le dernier mot revient toujours aux mêmes.

En ne publiant pas l’ordre du jour du conseil municipal, en laissant entendre que tout va bien à Saint Gervais, ou plus exactement, que tout va mieux depuis 2 mandats, en verrouillant toute information pour ne diffuser que celle contrôlée par le maire, nos élus nous laissent penser qu’ils ne tiennent pas tellement à voir trop de personnes assister aux débats. Vous avez dit exercice démocratique? Quelle place laissée à la participation des citoyens à Saint-Gervais? Qui peut croire que l’exercice démocratique se pratique à longueur d’année, comme le déclare notre 1er magistrat dans des articles de presse au lendemain des élections, uniquement grâce au ¼ d’heure mensuel de parole au public au début du conseil municipal, aux conseils des sages et des jeunes, aux réunions de quartiers et de secteurs, et aux commissions prétendues ouvertes à ceux qui le souhaitent? C’est un minimum pour un conseil municipal que de se tenir au courant, à l’occasion des réunions de quartier, des préoccupations des habitants et de répondre à des problèmes locaux et ponctuels! Mais ce système entretient une passivité des citoyens et il faut croire qu’il convient parfaitement à la population puisque notre maire a réussi à se faire réélire avec un score qui ferait pâlir d’envie plus d’un autocrate. L’absence de réaction de la population, qui est considérée par notre édile comme la légitimation et de la gratitude pour son action, ne veut pas dire qu’elle l’approuve, pas plus qu’elle ne la conteste. Les saint-gervolains sont anesthésiés.

La démocratie participative est quelque chose d’étroitement contrôlé par le pouvoir municipal. Savez-vous que l’accès aux commissions municipales a été refusé aux membres de la liste « élan citoyen », pourtant motivés par une participation active et constructive aux projets de la commune, au motif qu’ils étaient déjà représentés par leurs 3 conseillers municipaux élus? Savez-vous qu’il leur a été reproché une attitude de « règlement de comptes, défense des intérêts privés, désinformation, ambiance de ball-trap dans un climat délétère et détestable », prétexte à prononcer en toutes circonstances des discours et monologues moralisateurs, humiliants, spécieux et la plupart du temps en dehors du sujet? Il nous semble que si l’on veut faire évoluer la politique de Saint Gervais, les élus doivent accepter de ne pas être les seuls à être en position de décider, de ne pas être les seuls à être en position d’énoncer ce que c’est que l’intérêt général. Si on laisse le jeu ouvert, en particulier sur la nature des objectifs que l’on poursuit, et si l’on associe les citoyens à la définition de ces objectifs, on peut considérablement modifier l’implication des habitants, améliorer l’efficacité des prises de décision et retrouver un dynamisme démocratique.

Malgré une communication omniprésente dans les médias axée sur quelques évènements à Saint Gervais, force est de constater que la participation réelle de la population est quasi nulle sur des sujets importants:

– L’éloignement de tous les acteurs économiques du tourisme des débats et prises de décisions.

– La disparition des associations culturelles, sportives, éducatives, sociales, aux mêmes débats et décisions.

– Le fonctionnement de l’Office du Tourisme et la sous-représentation des acteurs économiques du secteur: hôteliers, loueurs, moniteurs de ski, guides, commerçants, animateurs sportifs, etc….et l’absence d’une politique touristique à long terme.

– Le fonctionnement du festival de l’humour et des manifestations médiatiques.

– La place congrue réservée aux forces vives de la commune que sont les artisans et les jeunes qui désirent s’implanter au village.

– L’accélération du volume des dépenses par des projets non maitrisés et aux surcoûts importants (pont, piscine, rénovation de l’école, caserne des pompiers, le Vivier, et bien d’autres projets en cours …)

– La multiplication ces dernières années des investissements immobiliers, la non-résolution du problème de l’augmentation des lits « froids », le vieillissement du parc d’hébergement touristique, la restructuration du Bettex et toutes leurs conséquences coûteuses en termes d’entretien de voirie, de réseaux d’eau et d’assainissement, de gestion des déchets, de transport.

– L’absence de réflexion sur les questions de transport, d’intercommunalité, de pollution atmosphérique, et d’une manière plus générale, d’un schéma directeur à moyen et long terme sur l’avenir de notre commune.

Si vous pensez que ces méthodes et cette opacité doivent cesser, venez assister aux conseils municipaux, et prenez le temps de vous informer en toute objectivité.

Il faudrait arrêter de penser les habitants comme de simples usagers de leur quartier ou des infrastructures et services publics de la commune, sollicités ponctuellement au titre de ce qu’on appelle leur expertise d’usage. Nous voulons redevenir des citoyens à part entière, des acteurs de la vie publique, et exercer notre capacité à réfléchir, à nous concerter, à prendre position, et contribuer à l’élaboration et l’évaluation de l’action publique pour l’avenir de Saint Gervais.

Le 23 juin 2014,
Élan Citoyen.