th

Démagogie à l’état pur!

En préliminaire du conseil municipal du 11 octobre 2017, pendant le quart d’heure consacré aux questions du public, Monsieur le Maire , n’ayant aucune question, a jugé bon de parler de son actualité et de sa vision de la montagne et plus particulièrement du Mont-Blanc.

Le monologue de Monsieur Peillex a débuté sur l’initiative critiquée de Monsieur Fournier, Maire de Chamonix et Président de la communauté de communes de la vallée de Chamonix, pour demander le classement du Mont-Blanc au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Puis rapidement la démonstration a dérivé sur la montée au Mont Blanc, les accidents de cet été et la régulation de l’accès au Mont-Blanc.

Après avoir écouté ses élucubrations, parmi lesquelles Monsieur le Préfet a été qualifié d’irresponsable dans la gestion du dossier du Mont-Blanc et sur la vision de notre bon maire sur la sécurisation de la pratique Alpine pour la montée au Mont-Blanc, j’ai demandé comment il envisagerait la régulation de la pratique du solo ?

Cette innocente question a déclenché une diatribe incontrôlée mixant mélange des genres et récupérations macabres:

Monsieur le Maire a comparé les tristes accidents survenus sur la voie saint-gervolaine du Mont-Blanc aux derniers attentats de la gare Saint Charles de Marseille revendiqués par daesh.
J’ai demandé comment Catherine Destivelle ou Jean Christophe Lafaille et tant d’autres alpinistes auraient pu exercer leur passion avec une régulation contrainte de l’alpinisme comme le souhaiterait Monsieur le Maire.

Puis, non content de vouloir être le rédempteur des alpinistes récalcitrants, Monsieur le Maire m’a demandé si ma vision de libre responsabilité de la pratique de l’alpinisme serait la même si ces décès en montagne arrivaient dans ma famille.
J’ai exprimé ma désapprobation sur ce sujet et j’ai sommé Monsieur le Maire de ne pas faire de telles affirmations mortifères de récupération.
Monsieur Olivier Hottegindre, après avoir précisé à Monsieur le Maire que ses propos étaient inacceptables, qu’il passait sans cesse du coq à l’âne et que nous étions bien loin de l’ordre du jour du Conseil Municipal, a été insulté par le premier magistrat saint-gervolain: « on sait quel âne vous êtes et quel coq vous êtes… »

Sur ce, j’ai relevé l’absurdité des propos de Monsieur le Maire pendant le quart d’heure précédant le conseil et j’ai exigé l’ouverture du Conseil Municipal.

Enfin pour conclure sur ce triste déballage de propos et essayer d’apporter un peu d’objectivité, j’invite tous ceux qui ne connaissent pas la signification du solo en montagne à lire aux éditions Guerrin : -SOLO INTEGRAL d’Alex Honnold et David Roberts, -SOLOS de Christophe Moulin, -UELI STECK  8000+, VERTIGE de Gilles Modica, -LES PETITES AVENTURES DE L’AUTRE COTE DU MONT-BLANC de Vincent Jaccard ainsi que tous les livres de montagne.

le 16 octobre 2017 à Saint-Gervais-les-bains,

Laurent DUFFOUG-FAVRE

Références
Article du Dauphiné Libéré sur le compte-rendu du conseil municipal du mercredi 11 octobre 2017
Article de Libération du 5 septembre 2008 et toujours d’actualité : le Mont-Blanc broie du noir
Enregistrement des 12 minutes et 48 secondes des dérapages dénoncés dans cet article

2 réponses
  1. Michèle PRÉAU dit :

    J’ai effectué une petite toilette, je suis bien embêtée avec les noms propres en majuscules. J’ai enlevé celles de Fournier et Daesh, mais j’ai laissé toutes les dernières. Il faudrait me dire ton choix.

    « Enfin pour conclure sur ce triste débat … » absence de débat justement! : Enfin pour conclure sur ce triste déballage de propos/ d’écarts d’idées et de langage/ polémiques / clivants /
    à réfléchir…
    je cherche une illustration

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire