doigtpointe

Atmosphère, Atmosphère !

doigtpointe

On ne répètera jamais assez combien sont instructives les réunions du conseil municipal à St-Gervais.

Lors de la dernière en date du 11 mai 2016, on aura pu y entendre Monsieur le Maire mettre en doute l’honnêteté de la municipalité des Contamines Montjoie quant aux comptages déclarés par celle-ci sur les différentes activités proposées par le Pass Loisirs 2015, concernant notamment la fréquentation à la base de loisirs du Pontet. Est-ce bien le lieu et le rôle du Maire d’afficher publiquement de tels soupçons ?


En fin de conseil, on aura eu droit à notre petit cours de morale habituel. Le public présent aura eu la surprise d’apprendre que les résidents secondaires ou non à Saint-Gervais, sont nos invités et seulement nos invités, et qu’à ce titre ils se doivent de ne pas émettre de critiques concernant des permis de construire accordés à certains, après avoir été bien contents d’en avoir eux mêmes obtenus en d’autres temps, et que si cela ne leur convient pas, ils n’ont qu’à quitter le pays ! Belle leçon d’hospitalité ! C’est oublier un peu vite que ces personnes que l’on « invite » à quitter le pays sont les mêmes qui contribuent à faire vivre notre village en venant s’y fixer durablement pour certains ou occasionnellement pour d’autres. Le tourisme étant en grande partie, d’une manière directe ou indirecte pour nous « gens du pays », ce qui nous permet de vivre correctement dans cette région, et cela depuis belle lurette.

Quelle surprise également d’apprendre de la bouche de Monsieur le Maire, que lui, même aux gens qui le détestent, il accorde tout de même un permis de construire.

Autre morceau choisi lors d’une récente réunion publique à la mairie de Saint-Gervais concernant le quartier du Rosay. Au cours de cette soirée, on a pu avoir le sentiment que ce soir-là, il était préférable d’être présent dans la salle, plutôt que tranquille chez soi en train « de se faire habiller pour l’hiver ». Il nous a tout de même été donné d’entendre Monsieur le Maire critiquer publiquement et nommément un habitant de ce quartier, qui malheureusement pour lui n’était pas là pour se défendre. Le tort de celui-ci étant d’avoir affiché publiquement son désaccord à propos du sens unique mis en place sur la route desservant son domicile. On voudrait faire prendre en grippe une personne dans son quartier que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Nul doute qu’à ce régime là nous serons bientôt tous vertueux.

Les groupies d’Élan Citoyen

Le 12 mai 2016