Projet d’urbanisation des Bétasses aux Communailles

Versant_Bettex_1936_pt

Cet article reprend simplement l’historique de diverses démarches (liste non exhaustive) et propose à nos lecteurs de prendre connaissance chronologiquement d’un certain nombre de déclarations publiques, afin que chacun puisse se faire une idée personnelle:

Le lecteur pressé se rendra directement à la transcription complète des propos tenus par Monsieur le maire, le 11 mai 2016, en fin de conseil municipal, en cliquant ici.

Monsieur le maire a évoqué ce sujet publiquement pour la 1ère fois par un simple commentaire, en fin de conseil et hors délibérations, lors du conseil municipal du 9 juillet 2014 à Saint-Nicolas, annonçant une prochaine réunion de réflexion sur les zones AU du Bettex, sans précisions particulières sur les lieux d’urbanisation future pressentis.

Lors de la réunion publique qui avait précédé, le public a été informé d’une prochaine révision du PLU, dont les divers travaux dureraient de 18 à 24 mois, PLU qui serait modifié avant 2017 et qui donnerait lieu à une enquête publique.

Le 11 août 2014, à la réunion publique à la salle Montjoie à Saint-Gervais, Monsieur le maire a rappelé que le projet de restructuration du Bettex était dans le programme électoral de son équipe : le site du Bettex étant très attractif en raison de sa vue sur le Mont Blanc, l’urbanisation développée depuis 70 ans sur ce secteur, l’annulation du POS de 1977 sous le mandat de Monsieur Maurice Martel, l’absence de centre au Bettex, l’obligation de mettre le PLU en conformité avec les lois ALUR et Grenelle 2 avant le 1er janvier 2017, etc. tout un contexte qui oblige à cette révision du PLU : Monsieur le maire exprime la volonté de créer des « lits chauds », le projet de créer des structures hôtelières, la recherche d’opérateurs, l’obligation de réunions avec les services de l’État et de prise de contact avec les différents propriétaires. Le secteur concerné n’est pas explicitement identifié auprès du public.

Par la suite, fin 2015 et en 2016, Monsieur le maire a argumenté que la zone concernée avait été classée en zone AU en 2005, argument qu’il se serait gardé de divulguer en 2014, signifiant ainsi qu’il aurait eu un projet immobilier à cet endroit dès son 1er mandat.

Dans ce contexte et lors de cette réunion d’août 2014, Monsieur le maire aurait déclaré à propos des propriétaires : «  On fait avec eux ou sans eux ! Certains montrent de la résistance, ils ont des intérêts personnels à défendre ! ».

Au conseil municipal du 10 septembre 2014, lors de la délibération 177 sur la création de 2 tremplins de saut à ski à proximité du télésiège de la Croix, Monsieur Laurent Duffoug, pour Élan Citoyen,  questionne Monsieur le maire sur l’éventualité d’une complémentarité entre cet équipement et d’un projet hôtelier dans le secteur des Communailles. Monsieur le maire répond que ce dossier n’a rien à voir avec les Communailles.

À la réunion publique à Saint-Nicolas le 7 décembre 2014, les travaux de révision du PLU sont à nouveau évoqués, assortis de considérations générales, mais sans détails sur la zone des Communailles.

Lors de la présentation de l’agenda du maire, en fin de conseil municipal du 10 décembre 2014, Monsieur le maire nous informe que dans le cadre de la révision du PLU,la première étape de diagnostic de l’existant a été réalisée par le cabinet « Espace Ville ».

Lors du conseil municipal du 8 avril 2015, nous avons pu écouter l’exposé du débat d’orientation sur le projet d’aménagement et de développement durable, le PADD, présenté par Monsieur Schmit, du cabinet « Espace Ville ». Les projets relatifs au secteur des Bétasses n’y apparaissent pas, mais il peut être intéressant pour nos lecteurs de prendre connaissance de la transcription complète des 41 minutes du débat, en cliquant ici, propos qui ont ensuite été repris globalement dans le ton et le contenu,  lors de la réunion publique à l’Espace Mont Blanc le vendredi 10 avril 2015, puis celle du 10 août 2015 à l’Espace Mont Blanc.

Le 8 juillet 2015, réunion publique à Saint Nicolas. Le compte rendu visible sur le site officiel de la mairie de Saint-Gervais n’y fait pas apparaître le contenu réel des présentations et débats. Dans ce compte-rendu, on peut simplement y lire le projet de restructuration du centre du Bettex, dans le cadre des travaux de révision du PLU. Or sur place, nous avions profité de quelques déclarations de Monsieur le maire:

-… à l’occasion de la révision du PLU, il ne faudra pas s’attendre à une hausse du nombre de terrains constructibles

– … de gauche ou de droite, les politiques qui nous dirigent ont la même position, et même l’extrême gauche qui va reprendre le pouvoir dans quelques années

– …les taxes sur les terrains constructibles non bâtis, à 5 € le m2 en 2015, puis à 10 € le m2 en 2017, le seront au profit de L’État. Les propriétaires demanderont alors à ce que leurs terrains soient requalifiés en zone A ou ZN. La position de L’État est d’être le plus grand spéculateur.

– …C’est l’instabilité politique qui a pour conséquence le « retoquage » des PLU.

– …Le projet de révision prévu pour fin 2015 sera repoussé en mars, ou l’été 2016, car la DREAL a demandé une évaluation environnementale. Une nouvelle étude est à prévoir.

– …La piste de fond qui relie le Bettex au Plateau de la Croix, traverse des mouilles aux Bétasses. Maintenant, c’est la mode de conserver toutes les zones humides, tout ce qui est « bobo », moi, je ne suis pas compétent, mais la DREAL a imposé qu’on détourne la piste pour sauver les grenouilles à ventre jaune.

– …l’environnement, c’est une escroquerie intellectuelle.

– …le gros projet sur Saint-Gervais, c’est le Bettex. Et si je vous parle de mes rêves, ce serait d’installer le Club Méditerranée au Bettex. Ce serait un plus pour l’économie et l’emploi

Réunion publique le 22 septembre 2015 : Présentation du PADD (quasi identique à celle d’avril 2015), annonce de 4 zones AU, c’est-à-dire constructibles uniquement dans le cadre d’un plan d’ensemble :

–          Route des Amerands pour des résidences permanentes,

–          Le Golet, pour des logements permanents,

–          Route des Communailles : dossier UTN pour des logements touristiques actuellement non desservis, il y aurait 3 accès à créer,

–          A l’Essey, en secteur boisé, pour un club ou un club hôtel.

Monsieur Frédéric Aubry, du cabinet « Espace Ville » a expliqué la démarche environnementale imposée par la DREAL et la demande du préfet qui reposent sur 3 exigences :

–          Refuser la consommation importante d’espace

–          Respecter les procédures UTN pour les Communailles et l’Essey

–          Prendre en compte de la présence de zones humides inventoriées par ASTERS et nécessitant des mesures compensatoires si elles sont urbanisées.

Monsieur le maire tient ensuite des propos désobligeants sur la définition des zones bleues ou vertes, « nous, on avait voté contre en conseil municipal », et sur la préservation d’un corridor à usage de la faune sauvage se déplaçant d’un versant à l’autre. Rappelons que la définition de ces zones et diverses mesures de protection environnementale, le sont dans un contexte strictement légal.

Monsieur le maire précise le rôle du commissaire enquêteur qui n’interviendra qu’en fin de procédure et ne se prononcera pas sur le fond du PLU. Son rapport se limitera à l’inventaire des remarques. C’est la commune qui décide, le vote des élections municipales légitimant les choix retenus. « C’était en mars 2014 qu’il fallait réfléchir! »

Jeudi 26 novembre 2015: présentation du dossier UTN à la commission municipale d’urbanisme, puis dépôt à la commission préfectorale des UTN.

Lors du conseil municipal du 9 décembre 2015: En préalable au conseil, un habitant de Saint-Gervais a questionné Monsieur le maire sur les détails et l’avancée du dossier UTN, puis la délibération 260 (cliquer ici pour lire son compte-rendu) a traité de l’approbation du 1er dépôt de la demande d’autorisation de l’UTN des Bétasses. Lire ici la transcription de ces 2 enregistrements.

La délibération n° 13 du conseil municipal du 10 février 2016 a consisté à approuver une nouvelle demande d’autorisation d’UTN aux Bétasses, suite au retrait du dossier approuvé à la séance du 9 décembre 2016, et modifié depuis. Vous pouvez prendre connaissance de le retranscription des débats en cliquant ici. Monsieur Olivier Hottegindre a questionné Monsieur le maire sur la pertinence du lieu d’implantation du projet, participant au mitage du versant et sans continuité avec l’urbanisation actuelle.  Monsieur le maire a simplement répondu qu’il s’opposait ainsi par cette simple question au droit à construire des propriétaires et était « contre » le projet. Monsieur Laurent Duffoug a contesté cette interprétation réductrice et réaffirmé l’intérêt d’un tel projet pour la commune et surtout la légitimité à faire exister un débat autour de décisions d’une telle importance. Cliquer ici pour lire le compte-rendu de cette délibération.

Enfin et pour ponctuer, par arrêté préfectoral du 07 mars 2016, une mise à disposition du public du dossier UTN « pour la construction d’un complexe hôtelier aux Betasses » a eu lieu du 21 mars au 22 avril 2016. Une bonne cinquantaine de remarques ont été déposées. Parmi les contributions à cette consultation, une part importante des réserves concerne l’implantation du projet sur une zone humide, inventoriée par les services préfectoraux.  Les conclusions du commissaire enquêteur ont été étudiées en commission spécialisée UTN le 12 mai dernier et n’ont pas encore été rendues publiques.

La veille, en toute fin du conseil municipal du mercredi 11 mai 2016, Monsieur le maire a exposé son agenda du mois précédent et nous a livré divers commentaires, transcription in extenso de l’enregistrement dont vous pouvez prendre connaissance en cliquant ici.

Il est instructif d’assister aux conseils municipaux et diverses réunions publiques. Nous ne pouvons que vous recommander de le faire !

 

Quelle est la position d’Élan Citoyen ?

Nos élus ne se sont pas positionnés majoritairement en faveur de ce projet, et notre réflexion pourrait se résumer ainsi : Pourquoi un projet d’une telle envergure à cet endroit ?

Ce projet d’un complexe hôtelier aux Bétasses est structurant pour le secteur du Bettex : Le renforcement de l’appareil hôtelier de Saint-Gervais par ce nouveau complexe haut de gamme n’est pas négligeable dans une station marquée par la surreprésentation des résidences secondaires et la faiblesse de l’appareil commercial du tourisme (source INSEE 2012: 23 hôtels pour une capacité de 430 chambres, 610 lits en résidences de tourisme et 336 lits en villages de vacances) et notamment par la faiblesse et le vieillissement du parc hôtelier actuel. Peu de lits chauds et de qualité vieillissante.

A ne prendre en compte le projet simplement pour lui-même, on est conduit à un paradoxal refus. Non pour lui-même car il est à priori estimable, mais pour son insertion dans un milieu difficile et encombré. Le risque majeur encouru est d’aggraver la surcharge immobilière dans un site proche de la saturation et de faire fuir la clientèle justement recherchée.

Ou bien il est l’occasion d’une extension des opérations en raison du caractère structurant que lui valent sa taille et son contenu en aménagements généraux évoqués plus loin. Auquel cas, sa localisation serait mieux venue à proximité immédiate de la gare intermédiaire du DMC et assortie de toutes les commodités d’accès, route et DMC, puis parkings, cheminements piétons et commerces variés au Bettex. Le dossier devrait être complété en priorité par une réflexion urgente et une reprise du réseau des cheminements dans une perspective de diversification des attitudes de loisirs pour dépasser la mono culture du ski et séduire la clientèle visée par le projet.

La voirie actuelle est étroite, inadaptée au multi-usage qu’on doit en attendre, puisque le projet se situe à environ 2 km du Bettex. Il n’est pas raisonnable d’y envisager des cheminements piétons pour rejoindre Le Bettex alors même que le trafic routier y serait largement intensifié.

Partant de ce constat, ce projet sous-tend une réflexion d’ensemble sur les circulations liées à la diversification des pratiques de loisirs ; en hiver : ski nordique digne de ce nom, circuits promenade à pied ou en raquettes exclusivement réservés à cet usage, usage du traîneau, chemins aménagés pour se rendre aisément, y compris de nuit, dans les restaurants d’altitude les plus proches, espace ludique en très faible dénivelé pour les tout-petits, circuit de luge exclusivement réservé à cet usage sur un long dénivelé, ski joering, ou activités estivales de proximité : espace de jeux équipé en installations pour les enfants ou en parcours de santé, espace de tir à l’arc, acro-branches, etc…toutes activités présentes dans les autres stations et dont est dépourvue la station du Bettex et qu’induit la montée en gamme de l’hôtellerie. Une famille avec de très jeunes enfants, des personnes à mobilité réduite, ou une clientèle peu incline à des efforts sportifs ne trouvent pas d’offre à leur niveau, du Bettex aux Communailles. Les équipements actuels ne répondent pas à une fréquentation estivale. Les commerces courants, hormis les commerces spécifiques de sports d’hiver, sont totalement absents du site.

On est au Bettex dans un cas limite où la prolifération de l’immobilier stérilise à priori un site touristique. La très forte majorité de résidences secondaires, va de pair avec une dégradation de la qualité du cadre paysager. Chacun ne s’occupant que de son terrain, on assiste à une progression significative des taillis et à une fermeture progressive du paysage qui perd la netteté des lisières franches de bois et des espaces dégagés de prairies. En outre, la disparition des activités agricoles et pastorales qui ont façonné le versant durant des siècles, laisse libre court à un certain laisser-aller quand chacun ne s’occupe plus que de son pré carré.

Comment endiguer un débordement, sinon par des gestes forts ?

En conclusion : Ce projet, pourquoi pas ? Mais pas à cet endroit !

 (illustration: photo du versant du Mont d’Arbois vers 1936, à la création du téléphérique)

Élan Citoyen

Vendredi 27 mai 2016

 

TMB non grata dans notre pass loisirs ?

tmb_montlachatPourquoi notre Tramway du Mont-Blanc, outil touristique estival de notre commune s’il en est, n’a-t-il toujours pas intégré l’offre de notre pass loisirs été 2016 ?

Pour mémoire, lors du conseil municipal du mercredi 13 mai 2015, Monsieur Laurent Duffoug, pour Élan Citoyen, avait déjà interpelé la majorité municipale sur l’absence du TMB dans l’offre du pass loisirs Val Montjoie de l’été 2015.

Monsieur le Maire arguait que la rémunération du TMB serait trop forte pour intégrer le pass.

Monsieur Laurent Duffoug avait alors proposé qu’une réduction soit accordée aux caisses du TMB au bénéfice du porteur du pass loisirs.

Madame Nathalie Deschamps objectait en expliquant qu’il s’agissait de « deux choses différentes » : le tarif compris dans le pass en est une mais le tarif préférentiel accordé au porteur en est une autre qui doit cette fois-ci passer par l’intervention de l’office de tourisme.

Monsieur le Maire renchérissait en expliquant que cela aurait été possible si le pass était uniquement saint-gervolain mais pas intercommunal avec les Contamines.

Monsieur Laurent Duffoug insistait pour que le conseil y réfléchisse pour l’été 2016.

Lire ici la retranscription complète des débats 2015.

Nous voici donc en ce mercredi 11 mai 2016 réunis pour une séance de conseil municipal, au cours de laquelle nous devons débattre sur l’adoption du pass loisirs de l’été 2016 privé des Contamines, sur fond de crise relationnelle entre les maires des deux communes (lire par ailleurs « le sondage de la discorde »).

Et là, surprise : alors qu’il semblait évident que cette fois-ci plus rien ne s’opposerait à la présence du TMB dans le pass loisirs, nous devons regretter qu’il n’en fasse toujours pas partie.

Élan Citoyen s’en étonne par la voix de Monsieur Olivier Hottegindre et exprime sa déception en rappelant les faits énoncés ci-dessus.

Finalement Monsieur le Maire convient qu’il serait judicieux de négocier avec la Compagnie du Mont-Blanc pour une entrée du TMB dans le pass loisirs de l’été 2017…

Lire ici la retranscription complète des débats 2016.

Mieux vaut tard que jamais !

À suivre…

À Saint-Gervais, le 25 mai 2016,

Élan Citoyen.

Atmosphère, Atmosphère !

doigtpointe

On ne répètera jamais assez combien sont instructives les réunions du conseil municipal à St-Gervais.

Lors de la dernière en date du 11 mai 2016, on aura pu y entendre Monsieur le Maire mettre en doute l’honnêteté de la municipalité des Contamines Montjoie quant aux comptages déclarés par celle-ci sur les différentes activités proposées par le Pass Loisirs 2015, concernant notamment la fréquentation à la base de loisirs du Pontet. Est-ce bien le lieu et le rôle du Maire d’afficher publiquement de tels soupçons ?


En fin de conseil, on aura eu droit à notre petit cours de morale habituel. Le public présent aura eu la surprise d’apprendre que les résidents secondaires ou non à Saint-Gervais, sont nos invités et seulement nos invités, et qu’à ce titre ils se doivent de ne pas émettre de critiques concernant des permis de construire accordés à certains, après avoir été bien contents d’en avoir eux mêmes obtenus en d’autres temps, et que si cela ne leur convient pas, ils n’ont qu’à quitter le pays ! Belle leçon d’hospitalité ! C’est oublier un peu vite que ces personnes que l’on « invite » à quitter le pays sont les mêmes qui contribuent à faire vivre notre village en venant s’y fixer durablement pour certains ou occasionnellement pour d’autres. Le tourisme étant en grande partie, d’une manière directe ou indirecte pour nous « gens du pays », ce qui nous permet de vivre correctement dans cette région, et cela depuis belle lurette.

Quelle surprise également d’apprendre de la bouche de Monsieur le Maire, que lui, même aux gens qui le détestent, il accorde tout de même un permis de construire.

Autre morceau choisi lors d’une récente réunion publique à la mairie de Saint-Gervais concernant le quartier du Rosay. Au cours de cette soirée, on a pu avoir le sentiment que ce soir-là, il était préférable d’être présent dans la salle, plutôt que tranquille chez soi en train « de se faire habiller pour l’hiver ». Il nous a tout de même été donné d’entendre Monsieur le Maire critiquer publiquement et nommément un habitant de ce quartier, qui malheureusement pour lui n’était pas là pour se défendre. Le tort de celui-ci étant d’avoir affiché publiquement son désaccord à propos du sens unique mis en place sur la route desservant son domicile. On voudrait faire prendre en grippe une personne dans son quartier que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Nul doute qu’à ce régime là nous serons bientôt tous vertueux.

Les groupies d’Élan Citoyen

Le 12 mai 2016

Appel d’air ! dimanche 29 mai 2016 au lac de Passy

pour exprimer haut et fort notre exigence d’actions pour respirer un air meilleur en vallée de l’Arve et ailleurs. La présence et l’implication de tous comptent plus que tout !

APPEL D’AIR c’est l’idée un peu folle mais néanmoins très sérieuse de mobiliser au cœur de la vallée de l’Arve 5 000 personnes pour exprimer haut et fort le ras le bol face à la pollution de l’air dans notre vallée. C’est un rassemblement qui se donne pour ambition d’interpeller et de mettre en action l’ensemble de la population dans une ambiance joyeuse, solidaire, conviviale, familiale et accessible à tous.

APPEL D’AIR c’est une date à réserver : le 29 mai 2016, toute la journée, au lac de Passy avec des cortèges, un village des associations, un village des enfants et un concert des Ogres de Barback en final.

 Pourquoi 5 000 personnes ?

  • Parce que la qualité de l’air nous impacte tous et toutes il est primordial de se retrouver très nombreux. Tant que cet objectif ne sera pas rempli, nos exigences ne seront pas prises en compte.
  • Pour le chiffre, il faudrait demander l’explication précise au sous préfet qui a déclaré en décembre 2013, lors de sa première rencontre avec les réseau fraîchement constitué d’associations anti-pollution de la vallée de l’Arve : «vous ne mobilisez que 200 ou 300 personnes, quand vous serez 5000, le sujet aura de l’importance»

Alors chiche, pour être entendus, relevons le défi !

Pourquoi maintenant?

  • Parce que depuis quelques années la prise en compte du problème évolue avec entre autre la mise en place du Plan de Protection de l’Atmosphère en février 2012.
  • Parce que la médiatisation de l’hiver 2014-2015 et les pics de pollution de ce dernier Noël 2015 ont conduit à une prise de conscience plus large du problème de la pollution de l’air et que le ras-le-bol gronde et se généralise.
  • Parce que aujourd’hui il y a du monde sur les réseaux sociaux et qu’il faut rendre cela visible.
  • Parce qu’il est urgent d’agir et que nous sommes nombreux chacun dans notre coin à en avoir envie

Quels sont les objectifs ?

  • C’est d’abord une opération de communication visant à montrer et faire entendre que nous sommes nombreux, de tous âges et de tous horizons vouloir à exiger un air meilleur pour notre vallée.
  • Cet événement sera une démonstration de force de nos préoccupations et de notre volonté d’action.
  • Parce qu’il faut que les choses changent maintenant,sans attendre, et pour les génération futures.
  • Ensuite c’est l’occasion de s’informer et de s’engager auprès des nombreuses associations de lutte contre la/les pollution qui œuvrent sans relâche dans la vallée.
  • Enfin c’est un moment convivial à partager. C’est l’occasion de se réconforter, de se dire qu’on est nombreux et que l’union fait la force, de passer un bon moment parce que déjà qu’on respire mal, alors il faut que la lutte soit joyeuse et enthousiaste.

Venir c’est agir !
Plus d’infos et de détails sur notre site : https://appeldair5000.com.
Signez la pétition!
Respirer mieux au Pays du Mont-Blanc https://www.change.org/p/appeldair5000
Nous contacter :
appeldair5000@gmail.com