Le Tour de France ? Oui! Mais… et après ?

logo_tour_de_franceDu plaisir

Nous pouvons nous réjouir de l’annonce du passage du Tour de France au Pays du Mont-Blanc et du choix des trois sites de Saint-Gervais, Megève et Sallanches comme villes-étapes.

C’est une excellente opération médiatique : 3 jours de suite le monde entier va entendre parler du Pays du Mont-Blanc et de Saint-Gervais. C’est aussi un exemple de collaboration constructive entre les 3 communes, preuve qu’il est possible de trouver un accord lorsque les intérêts convergent.

Le Tour de France est le 3ème événement sportif au monde, après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football. Le Tour est une immense fête populaire retransmise dans le monde entier : 3,5 milliards de téléspectateurs suivent les exploits des coureurs dans 190 pays. Une belle opportunité pour la promotion du Pays du Mont-Blanc et de Saint-Gervais.

Des revers

Cependant, tout en tenant compte de l’impact espéré sur l’économie locale et pour le simple plaisir que véhicule le sport, la médaille a aussi un revers à trois faces.

La première est le coût : Saint-Gervais s’acquittera d’un droit d’entrée d’environ 100 000 €, sans compter toutes les dépenses annexes, dont la préparation des routes et le nettoyage.

Alors que Saint-Gervais n’a plus aujourd’hui les moyens d’investir, ces dépenses pèseront sur nos comptes… mais nous espérons des retombées supérieures à notre mise.

La deuxième concerne l’impact écologique de cette grande fête (voir liens en fin d’article).

La troisième est le fléau du dopage qui touche tous les sports pratiqués à haut niveau.

Un vœu pour nos enfants

Finalement, Élan Citoyen émet le vœu qu’au lendemain du Tour, et pourquoi pas avant, les élus du Pays du Mont-Blanc puissent afficher autant de motivation, d’enthousiasme, de synergies et de moyens financiers pour enfin mettre en place une politique durable en faveur de la qualité de notre air, parce qu’il en va cette fois-ci de l’avenir de nos enfants.

Saint-Gervais, le 31 octobre 2015.

Élan Citoyen.

 

››››› Consulter ici l’article du Messager du jeudi 29 octobre 2015

Quelques autres liens complémentaires à cliquer :

http://www.consoglobe.com/le-vrai-impact-ecologique-du-tour-de-france-cg

http://www.lesechos.fr/22/07/2014/lesechos.fr/0203655426580_tour-de-france—cette-22e-etape-qui-vaut-de-2-a-3-millions-d-euros.htm

http://www.aso.fr/fr/tour-de-france.html

Allumer un feu sans fumée ?

feuNous partageons cette information que certains connaissent et pratiquent avec succès :

Trouvez ci-dessous le lien pour une démonstration vidéo sur youtube, d’autres versions sont également disponibles

https:// www.youtube.com/watch?v=2T6s1mETBis

Partagez, faites circuler sans modération.

Vous pouvez aussi copier/coller le lien dans un email à vos contacts :

Elle est éditée sur de nombreux supports, mais pas encore diffusée par nos maires ni par la communauté de communes. Ce serait pourtant un bon complément aux timides mesures qui se mettent en place, dont le fonds air/bois, ou plus efficace que l’édition de la BD « J’y vis, j’y montre l’exemple », à l’initiative de la commune de Passy, à destination des écoliers du Pays du Mont Blanc.

Croissance de la Compagnie du Mont-Blanc

cmb_logoL’événement déclencheur

En cette année 2015 la Compagnie du Mont-Blanc (CMB), opérateur des remontées mécaniques de la vallée de Chamonix, a pris le contrôle des remontées mécaniques de Megève (RMM).

Notre collectivité de Saint-Gervais est concernée car RMM est notre concessionnaire pour un petit périmètre du côté du Mont-d’Arbois.

Lire la suite

Quelle solution pour la crèche à Saint-Gervais ?

Archivo baseCette question faisait l’objet de la délibération n° 195 :

 

Projet de construction et d’exploitation d’une nouvelle structure d’accueil de la petite enfance.

Choix du mode de délégation et approbation du cahier des charges.

 qui était à l’ordre du jour du dernier conseil municipal en date du 14 octobre 2015.

 

 

Rappel du contexte :

La commune de Saint-Gervais n’a plus la capacité financière à financer en direct la construction et l’exploitation de la nouvelle crèche, comme prévu initialement.

Ce constat est devenu public lors de la séance du conseil municipal du 10 juin 2015 (se reporter à la délibération n° 102 de cette séance : Décision modificative n°1 – Exercice 2015 – Budget principal : retranscription intégrale de cette délibération sur ce site, onglet Actualités).

La solution retenue :

Pour pallier à cette impossibilité d’autofinancer le projet, la majorité municipale opte à l’horizon 2017 pour une délégation de service public (DSP) totale pour la construction et la gestion de la crèche par une société privée. La capacité d’accueil est de 30 berceaux au minimum plus 5 places en multi-accueil occasionnel.

Monsieur le Maire a rappelé lors de cette séance du conseil municipal, qu’un berceau « coûte » à la collectivité entre 8 500€  (au Fayet) et 10 500€ (à Saint-Gervais).

Dans l’attente de cette nouvelle crèche, une solution temporaire d’accueil est prévue dans l’ancien restaurant scolaire situé Impasse des Lucioles et gérée par la société Babilou.

Le fonctionnement de la DSP :

– La commune met à disposition de la société privée qui aura été retenue comme délégataire, un terrain lui appartenant, situé au nord de la Plaine des Praz.

– La société privée en question prend à sa charge la conception et la construction du bâtiment ainsi que la gestion et l’exploitation de la crèche pour une durée de 20 ans.

– Le bâtiment reste la propriété de la commune et à l’issue du premier contrat de 20 ans, il y a un nouveau de contrat de DSP qui est conclu, soit avec la même société si elle postule à nouveau et si elle répond au cahier des charges qui sera établi, soit une autre société privée.

L’analyse d’Élan Citoyen :

Il existe plusieurs DSP à Saint-Gervais, comme par exemple les remontées mécaniques, les Thermes, le Casino, le Facilibus, mais aucune encore qui concerne la prise en charge d’un service à « vocation sociale ».

Ce projet de délégation à une société privée de l’accueil de la petite enfance suscite plusieurs craintes au sein de l’équipe Élan citoyen:

Une société privée poursuit par définition un objectif de rentabilité financière et a pour vocation de réaliser des bénéfices.

À contrario, une collectivité a pour unique objectif l’intérêt général.

Ainsi se pose la question de la qualité du service rendu et des priorités de l’exploitant.

En effet, même si un cahier des charges aura été défini au préalable, la qualité des équipements et des approvisionnements, la compétence du personnel, les services proposés par cette société privée seront-ils équivalents à ceux qu’une collectivité est susceptible de dispenser à ses administrés?

Les arbitrages qui seront réalisés par le délégataire répondront forcément à une logique financière en premier lieu. Sur un service sensible, au cœur des rapports humains, comme l’accueil de la petite enfance, un raisonnement financier peut-être inadapté et risqué.

Il semblerait, d’après les arguments avancés par Monsieur le Maire sur ce projet, que l’alternative retenue (délégation à une société privée) présente bien plus d’avantages que la solution initialement prévue (construction et de gestion en régie par la collectivité).

Si c’est le cas, il est surprenant que la majorité municipale n’ait pas étudié ou proposé cette option au démarrage du projet. L’absence de moyens financiers est peut-être salutaire…

Comme pour les choix faits dans le dossier de rénovation du groupe scolaire, la question des priorités retenues pour les investissements récents réalisés sur notre commune se pose à nouveau à propos du dossier de la crèche (à titre indicatif, piscine : 13,5 millions, restructuration école Marie Paradis : 5 millions, crèche : 0).

L’équipe d’Élan Citoyen restera vigilante sur le suivi et l’évolution de ce dossier.

Saint-Gervais, le 22 octobre 2015

Élan Citoyen