Notre dette joue à cache-cache !

detteLa majorité municipale l’a bien compris : elle est attendue au tournant sur le problème de sa dette, après qu’Élan Citoyen y ait apporté une attention particulière.

Selon son analyse du budget 2014, Élan Citoyen avait clairement annoncé une dette à hauteur de 28 millions d’euros au 31 décembre 2014, niveau jamais atteint dans l’histoire de notre collectivité.

Pourtant lors de la séance du conseil municipal du mercredi 8 avril 2015, la présentation des comptes administratifs 2014 de la commune affichait un encours de la dette égal à 24.743.655,17 euros.
On pourrait alors penser que notre endettement n’est finalement pas si préoccupant, et que les analyses d’Élan Citoyen sont farfelues.

Oui mais voilà :

les comptes administratifs de l’année 2014 mentionnent aussi qu’un emprunt de 3.284.600 euros prévu en 2014 a finalement été reporté en 2015.

« Quand ce nouvel emprunt a-t-il finalement été souscrit ? » était la question d’un élu de l’opposition lors du conseil municipal du 8 avril.
« Début 2015 » était la réponse de Madame l’adjointe aux finances qui précise également que « ces emprunts ont été négociés fin juillet 2014. Si la commune s’engageait en juillet, la commission était de 1%, après juillet, elle passait à 1,30%. Ce crédit a été signé en 2014 pour geler le taux ».

Au tout début 2015 donc, l’emprunt en question est finalement débloqué et notre nouvel encours de la dette s’élevait à 28.028.255,17 euros et rejoignait ainsi l’analyse d’Élan Citoyen… à quelques jours près, et aux éventuels remboursements de janvier près.
Au moment où nous écrivons ces lignes, jamais la dette de notre collectivité n’a été aussi élevée, contrairement aux affirmations de la majorité municipale.

Ce décalage au niveau du déblocage de l’emprunt permet à la majorité de présenter une dette moins inquiétante au 31 décembre 2014, pour une « photo » plus convenable de nos comptes à l’occasion du réveillon.
Et ça tombe bien, car c’est aussi cette photo qui sera transmise à la chambre régionale des comptes pour analyse.

Ajoutons qu’une prévision d’emprunt de 1.067.400 euros a été abandonnée en 2014, sans quoi notre dette aurait encore enflé en dépassant les 29 millions d’euros.

Pour terminer, il nous semble important de préciser qu’aucun emprunt n’est prévu en 2015, hors mis l’artifice de 3.284.600 euros exposé ci-dessus.
Ce choix, qui n’en est finalement pas un, est inévitable : il faut maintenant nous désendetter après une fin de mandat aux projets pharaoniques, et on peut aussi douter qu’en l’état de nos comptes, les établissements financiers se bousculent pour prêter à notre collectivité.

Que le contribuable saint-gervolain soit assuré de notre vigilance durable.

Élan Citoyen, samedi 25 avril 2015.

La pollution de notre air s’invite au dernier conseil

Ce commentaire fait suite à une question posée en préambule de la réunion du conseil municipal du 08 avril 2015 par un habitant de Saint-Gervais sensible à ce problème.


Il est fort regrettable que le Maire de Saint-Gervais ne dépense pas, ne serait-ce que le dixième de l’énergie qu’il a mis dans la sécurité du glacier de Tête Rousse, à mettre en place un ou plusieurs dispositifs permettant aux habitants de la commune d’être informés en temps réel de la pollution que connait notre vallée et plus particulièrement quand celle-ci atteint des pics.

Ceci permettrait aux habitants de pouvoir observer certaines règles pour se protéger.

A savoir : éviter de faire du sport d’une manière intensive, que les enfants des écoles pendant les récréations restent à l’intérieur de leur établissement (dans le seul but de leur éviter de courir),   etc…

La pollution dans la vallée à certaines périodes de l’année n’est plus à démontrer.

Les études ont été faites par des gens sérieux et compétents, contrairement à ce que certains peuvent penser.

Le Maire de Saint-Gervais, lui, de toute évidence ne prend pas ces mêmes personnes au sérieux.

Il ne lui paraît pas du tout envisageable de prendre des mesures plus efficaces que celles existant jusque là.

« On ne doit pas faire peur aux gens », selon ses propres termes,  « L’on ne va pas s’arrêter de respirer », « Mon propre médecin ne m’a jamais conseillé aucune restriction », nous dit-il.

200 médecins ont tout de même signé une pétition en soutien au Docteur Champly, accusé publiquement par M. le Maire de Saint-Gervais « d’avoir tenu des propos limites quant à la dangerosité de la pollution ».

Comme le dit le Docteur Champly:  -« Si j’ai été limite dans mes propos, c’est limite trop bas ».

 

Quand la menace de la poche d’eau du glacier de Tête Rousse s’est présentée, M. le Maire a promptement réagi et très rapidement des mesures de sécurité ont été mises en place pour protéger les habitants. Non seulement  la réaction a été prompte, mais elle a aussi été accompagnée d’une médiatisation démesurée et pourtant inutile pour diminuer le risque…Cette hyper médiatisation a certainement contribué  à la pollution, à l’époque, par les importantes et nombreuses rotations d’hélicoptères au-dessus du site de Tête rousse réalisées par les chaines TV du monde entier.

La question de la peur que les habitants à l’année et les touristes pouvaient ressentir ne s’est alors pas posée.

Dans l’urgence il fallait prendre les décisions qui s’imposaient.

Il est vrai que le risque immédiat n’était pas le même. La pollution, elle, agit d’une façon plus lente et plus pernicieuse mais tout aussi dangereuse pour la population. Les touristes n’ont pas déserté Saint-Gervais pour autant.

Il serait plus honnête et plus responsable que les résidents à l’année ainsi que les touristes soient informés d’une manière efficace.

 

Pour ce qui est de cette information, Mr. le Maire considère que celle-ci est de la responsabilité de l’État ainsi que le problème de santé publique, et en aucune façon de la municipalité, et que les gens qui le désirent  aillent s’informer sur Internet.

Il ne nous apparaît pas impossible, qu’en attendant l’intervention de l’État , ce qui risque de prendre encore pas mal de temps, la municipalité mette en place un ou plusieurs dispositifs d’alerte.

Le 11 avril 2015

Cliquer ici pour prendre connaissance de la retranscription de l’échange verbal entre Monsieur le Maire et Monsieur Philippe Borga