Vœux du maire

Il nous a parfois été reproché un ton négatif dans certains de nos articles.

La tradition des vœux est l’occasion de souhaiter à chacun nos meilleurs sentiments.

Elle nous donne aussi l’occasion de féliciter notre maire pour les progrès accomplis dans la sobriété du message.

Bonne année 2015!


Vœux du maire en 2003

2003_voeux_kawiik_003

Vœux du maire en 2015

2015-01-01_voeux_du_maire

 

 

 

 

Les dérapages du drame de Charlie à Saint-Gervais

Le drame de Charlie et des prises d’otage meurtrières est de ces événements qui exacerbent les réactions extrêmes des uns et des autres.
Nous nous associons à l’immense majorité qui a fermement condamné cette action terroriste, a exprimé publiquement son indignation, sa solidarité, et proclamé son attachement à la liberté d’expression et aux valeurs démocratiques.
Mais les dérapages sont très révélateurs du caractère de leur auteur.
Les réseaux sociaux sont le théâtre où certains s’expriment souvent à chaud et sans retenue.


Nous y avons répertorié quelques-uns de ces échanges révélateurs.
Parmi les passages les plus choquants, les mots proférés par le maire de Saint-Gervais-les-Bains, propos irresponsables de la part d’un représentant de la République.

Extraits de ce que Monsieur Jean-Marc Peillex écrit publiquement sur les auteurs des crimes :
• « Halte aux cons » (tweet publié dans le Dauphiné Libéré du 07.01.2015);
• «…il serait sage de leur coller une balle entre les deux yeux » […] (Facebook, 07.01.2015, 16 :44);
• «…ces 3 fils de pute » […] (Facebook, 07.01.2015, 17 :31);
• « STOP ! Et si on arrêtait de faire de la pub à ces putains de meurtriers » (Facebook, 08.01.2015, 21:23).

Questionné par le Dauphiné Libéré sur l’extrême radicalité de ses propos à l’égard des tueurs, Monsieur Peillex les confirme et les justifie dans l’édition locale du samedi 10 janvier 2015.

Il s’agit donc d’appel au meurtre, d’incitation à la haine et aux règlements de comptes par la violence en parfaite contradiction avec les valeurs républicaines que cet élu se doit de représenter.

Nous savons (et ne cautionnons pas) que dans le cadre privé, par lâcheté ou soumission à l’autorité ou sous le coup de la colère ou de l’émotion ou sous influence, des propos de haine, de racisme ou de vengeance peuvent parfois être prononcés.

Toutefois, dans l’espace public et surtout si elles sont proférées par un élu de la République, ces paroles doivent être dénoncées et condamnées. Nous attendons d’un élu une attitude exemplaire sur la teneur de son expression.

Nous estimons qu’un maire, officier de police, officier d’état civil, chevalier de la légion d’honneur, tenant de tels propos est dangereux pour notre démocratie.

Nous sollicitons une intervention pour un ferme rappel à l’ordre, dans le respect des valeurs républicaines.

À Saint-Gervais-les-Bains, jeudi 15 janvier 2015,
l’équipe d’élan citoyen de Saint-Gervais.