Démission de Madame Marie Paule ARNAUDEAU

Monsieur le Maire de Saint Gervais les Bains,

Mesdames et Messieurs les élus,

 

Ce soir aura été mon dernier Conseil Municipal. Sept mois, ce fut long et court à la fois. Bien triste constat.


Je démissionne de mon mandat d’élue car je considère que mon statut de Présidente de l’ADMR est utilisé pour faire pression sur moi à des fins politiques. J’en veux pour preuves:

Au 1er conseil municipal, alors que je contestais les tarifs élevés de la piscine Mr le Maire m’a attaquée sur l’ADMR.

Vient ensuite le courrier envoyé au Président du Conseil Général, dont vous avez tous eu copie.

Puis en réunion de CCAS, je vous précise qu’il n’y a rien de secret dans ce que je vais vous dire, nous évoquions le renouvellement du contrat de la Sodexo. Je suis intervenue pour faire remonter des informations concernant la qualité des repas distribués auprès des personnes âgées, il m’a été répondu que j’en faisais une affaire politique.

Enfin, aux dernières nouvelles, je profiterais de ma position de Présidente de l’ADMR pour relayer auprès des personnes âgées, un discours d’opposition véhémente au Maire.

Est-ce que de telles attaques, qui touchent à mon honnêteté et à ma dignité en tant que personne, sont propices à un réel débat d’idées? Non bien évidemment. J’ai pour ma part, une idée suffisamment haute de la démocratie pour ne plus accepter de rentrer, contre mon gré, dans ce jeu et ces manœuvres politiques qui développent et entretiennent la confusion.

Je ne peux continuer à accepter cet amalgame que je n’ai pas voulu et je choisis donc de me consacrer désormais uniquement à l’ADMR.

Mon désir en me joignant à la liste Élan Citoyen et au Conseil Municipal était tout simplement de participer à la vie de la commune de façon positive, démocratique et citoyenne, en étayant des propositions. Il est regrettable qu’une municipalité se prive de l’expérience d’une personne sous le seul prétexte qu’elle a été élue sur une autre liste. Je pense avoir joué mon rôle dans l’opposition sans en faire une affaire de personne, mais nous ne sommes, apparemment, pas tous dans la même logique, ni la même manière de pratiquer la politique.

Vous devez savoir que l’engagement associatif est grande cause nationale en 2014. Je suis Présidente et bénévole de l’ADMR depuis 14 ans. Je me sens toujours concernée par les personnes en difficultés, qu’il me tient à cœur de pouvoir aider.

Je démissionne aujourd’hui de mon mandat d’élue pour éviter que les bénéficiaires et les salariées qui, je ne le répéterais jamais assez, font un travail exemplaire, fassent indirectement les frais d’attaques malveillantes.

Je souhaite aujourd’hui continuer à œuvrer sereinement au sein de cette association au service des habitants les plus fragilisés.

Pour conclure, je regrette sincèrement qu’une telle responsabilité sociale et associative soit incompatible pour Monsieur le Maire avec mes fonctions d’élue.

 

Je remercie tous ceux qui autour de cette table m’ont manifesté de la sympathie durant ces 7 mois.

 

Mercredi 8 octobre 2014

Marie Paule Arnaudeau – Conseillère municipale élue en mars 2014 sur la liste Élan Citoyen.

 

Mise au point sur le Conseil Municipal de septembre 2014

Mme COLIN a reproché aux Élus d’Élan Citoyen de n’avoir pris part à aucune commission et cette fausse information a été reprise dans le Dauphiné Libéré. Nous demandons que le Procès Verbal mentionne les propos de Mme COLIN.


 Il est demandé au  Dauphiné Libéré de  relayer la correction de ce jour puisque les trois conseillers de l’opposition ont participé aux commissions d’Urbanisme, du CCAS et de DSP. De plus nous avons siégé à bien d’autres commissions. Mais nous siégerons dans toutes les commissions où nous déciderons de  siéger.

 De plus, au cours des précédents Conseils Municipaux, à plusieurs reprises quand un conseiller de l’opposition ou de la majorité demandait des éclaircissements sur un point qui devait être voté, la réponse était: « Nous avons déjà abordé cela en commissions et vous n’y étiez pas ! »

Je tiens à rappeler que le Conseil Municipal n’est pas une chambre d’enregistrement qui validerait des décisions prises dans l’opacité d’un groupe restreint de personnes.
Les commissions sont privées de tout pouvoir de décision et ne peuvent ni délibérer ni décider en lieu et place du Conseil Municipal. Le débat en Conseil Municipal, même si cela agace certains, fait partie intégrante des règles qui permettent à chaque élu de voter en son âme et conscience et les propos désobligeants à l’égard des libres penseurs du Conseil Municipal doivent cesser pour que nous puissions travailler de concert dans l’intérêt de la collectivité.

Enfin mes propos et les réponses qui m’ont été données lors du précédent Conseil du 10 septembre dernier, concernant la résolution 186 relative à une problématique juridique de « DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC »,  n’ont pas été reportés intégralement dans le Procès Verbal :
En effet j’ai demandé si l’agrément objet de la délibération aurait une portée juridique préjudiciable à l’avenir.
Monsieur le Maire m’a répondu que la commune ne risquait aucun préjudice à voter cet agrément.
J’ai tout de même rappelé qui si cet agrément avait une portée juridique préjudiciable, l’ensemble des conseillers qui voteraient «pour» engageraient leur responsabilité vis-à-vis des saingervolains.

Laurent DUFFOUG

 Le 7 octobre 2014